Le-Journal-des-Entreprises

Invert Robotics vise l’europe du sud depuis rennes

La start-up Invert Robotics, née en Nouvelle-Zélande, a choisi Le Rheu pour son implantation en France. Spécialisée dans l’inspection des équipements agroalimentaires par robots escaladeurs, elle compte se développer maintenant dans toute la France et en Europe du Sud.

Née en Nouvelle-Zélande en 2010, et aujourd’hui basée en Irlande, Invert Robotics (60 collaborateurs) se développe aussi en France depuis 2019. Cette entreprise, spécialisée dans l’inspection des équipements agroalimentaires par robots escaladeurs, vient d’ouvrir des bureaux au Rheu, près de Rennes, afin d’accélérer son développe- ment dans toute la France et en Europe du Sud. Et elle n’a pas choisi la Bretagne par hasard ! Terre d’excellence en agroali- mentaire, la région est, pour Invert Robotics, le point d’an- crage idéal pour faire grandir son business. En quelques mois, elle a déjà séduit de grands noms, notamment dans le domaine lai- tier, comme Lactalis, Savencia, Danone, Sodiaal, Eurial ou encore La Sill.

Inspecter pour prévenir
Les pannes

« Notre robot permet de réaliser des inspections d’outils de pro- duction de manière très rapide et précise, en moins d’une heure. Cela permet de ne pas mettre les équipements à l’arrêt trop long- temps, explique Gilles Gauderlot, le responsable commercial d’In- vert Robotics pour l’Europe du Sud. De cette façon, les inspec- tions peuvent être réalisées plus souvent, afin de prévenir les pannes en amont et de ne plus les subir. » Car de manière générale, les entreprises de l’agroalimen- taire réalisent seulement une fois par an une inspection tradition- nelle, nécessitant l’installation d’un échafaudage, l’utilisation d’intrants chimiques et un arrêt de production long. « Et quand une panne survient, cela prend beaucoup de temps. Invert Robotics veut changer les mentali- tés en misant sur le préventif plu- tôt que sur le correctif », ajoute le responsable commercial. Avec un si petit robot de 40x30x29 cm, l’inspection visuelle et ultraso- nique est ainsi plus facile et rapide. Il peut surveiller l’état de cuves de stockage, de séchoirs, chaudières, etc. Doté d’intelligence artificielle, de capacités d’autodiagnostic, il tend vers le machine learning (apprentissage automatique). C’est ce que met en avant l’équipe de commerciaux constituée autour de Gilles Gauderlot (3 col- laborateurs) pour accélérer sur le territoire français et les pays limi- trophes du Sud. Une fois les contrats signés, trois techniciens inspecteurs interviennent pour la partie production de service, ins- pectant les installations.

Doubler l’activité en 2021

Afin d’opérer sur le marché fran- çais, Invert Robotics se structure donc à Rennes. « D’un million d’euros de chiffre d’affaires en 2020, nous visons un doublement de notre activité en 2021, indique Gilles Gauderlot. Nous allons pour cela cibler d’autres secteurs d’activité que l’agroalimentaire (laitier, sucrier, boissons, ingré- dients…), en nous adressant aussi à la pharmacie, l’aviation et la pétrochimie. » Avec à ses côtés un responsable commercial France, Fabrice Bernard, Gilles Gauderlot a pour mission de développer Invert Robotics en Europe du Sud, vers l’Italie, l’Espagne et le Portugal. D’ici à six mois, l’équipe du Rheu devrait grossir en consé- quence, en recrutant trois nou- veaux inspecteurs.

Virginie Monvoisin

More Posts